Eléments de conjoncture francilienne (dernières données disponibles, au 22 octobre 2013)

Même si elle résiste globalement mieux qu’au niveau national, l’activité économique francilienne reste engluée dans une phase de très faible croissance. Cette atonie s’est matérialisée par le niveau de taux de chômage (9,1 % au deuxième trimestre 2013) le plus élevé des années 2000… Même l’activité du secteur du tourisme manque de dynamisme.

Au deuxième trimestre 2013, le nombre total de créations d’entreprises en Ile-de-France s’est élevé à 32 243. Ainsi, après deux baisses consécutives, le nombre de créations dans la région s’est stabilisé (+ 0,1 %) et est mieux orienté que celui observé au niveau national (- 2,0 %). Il est à noter que cette stabilisation en Ile-de-France a été permise par les créations « classiques » (en hausse de 6,1 % sur un an, tout en restant inférieures de 1,9 % au nombre moyen observé lors des deuxièmes trimestres entre 2000 et 2010) alors que le nombre de créations d’auto-entreprises s’est nettement infléchi (- 5,0 %).

Téléchargez le tableau de bord du CROCIS

Cet article vous a plu : partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *